Rechercher
  • Caroline de la Garanderie

Le Mandala, un outil thérapeutique silencieux

Il était important pour moi, dans le cadre d'un accompagnement thérapeutique, de proposer un espace dans lequel s'exprimer sans mots. Le Mandala m'est apparu comme une évidence pour entendre de l'intérieur ce qui est déchiré en-dedans, calmer la souffrance, unifier, recentrer, exprimer et apaiser. Qu'est-ce qu'un Mandala ? Mandala est un mot sanskrit qui signifie cercle (ou cercle magique). Il est composé d'un point central et d'une circonférence, entre lesquels s'exprime l'élan de création.

Le Mandala est toujours une représentation symbolique à la fois de l'univers tout autant que de notre propre univers.



Quelles sont les vertus thérapeutiques du Mandala ?

Le principe de base du Mandala est d'appliquer des couleurs dans le cercle, de l'intérieur vers l'extérieur (ouverture) ou de l'extérieur vers l'intérieur (recentrage).

  • Jung a utilisé l'outil Mandala pour lui-même et dans ses thérapies, en tant que production de l'inconscient. C'est à dire que l'inconscient s'exprime au travers du Mandala.

  • Car entrer dans le cercle est entrer en soi. Le cercle nous aide à voir ce qui se passe en nous, à équilibrer, harmoniser, faire le point.

  • Dans un même temps, confectionner un Mandala permet de s'extraire des émotions et sensations intenses que l'on ressent en soi.

  • Cela apaise, pacifie et apporte un sentiment d'ordre, de sens de la vie.


Ce mouvement de choisir les couleur, appliquer les couleurs, poser ses yeux sur le Mandala, voire même échanger avec le cercle apporte un changement au niveau vibratoire et déclenche une sensation de mieux-être.

  • Créer un Mandala permet d'exprimer librement ce qui vit en nous, relâcher les tensions, libérer nos émotions, transformer (la structure interne est représentée par les formes spécifiques inclues dans le cercle et les émotions sont reflétées au travers des couleurs utilisées).

  • D'autant plus que la participation mécanique du corps, ajoutée à la forme circulaire du Mandala font que l'on se relie à un mouvement universel. Alors, tout en retrouvant son centre, on se sent relié au monde.

L'atelier "Le Mandala pour traverser le deuil"

Cet atelier est accessible pour 6 personnes maximum par session, afin que les interactions soient facilitées et que je puisse être disponible pour chacun. Il dure 2H environ.


  • L'atelier débute par un temps d'accueil (échange, choix du Mandala, intention pour la séance).

  • S'ensuit un temps de détente pour vous mettre en lien avec votre intention ou avec une expérience vécue que vous souhaitez exprimer.

  • Choix des couleurs, disposition des couleurs dans le cercle... vous confectionnez votre Mandala depuis un modèle existant ou bien à partir d'un cercle d'intuition, tout en vous laissant guider par ma voix (méditation, relaxation, rêve éveillé, hypnose).

  • Si vous le souhaitez, vous pouvez inscrire votre code couleur, afin de relier vos émotions, sentiments et sensations aux couleurs choisies (et ainsi garder un historique de votre évolution).

  • Vient ensuite le moment de regarder votre création, voire de dialoguer avec elle.

  • Si possible, les Mandalas sont échangés entre les membres du groupe et chacun exprime son sentiment sur ce qu'il ressent (sans chercher à décrypter intellectuellement le dessin, mais plutôt en favorisant les perceptions).


Ce qu'il est important de préciser :

  • Le Mandala ne recherche pas la perfection, mais tend vers l'harmonie. L'erreur n'existe donc pas.

  • Vous vivez une expérience sans intellect, sans jugement, sans conditionnement. Juste dans le pur plaisir de la création.

  • Vous vivez une rencontre avec vous-même, en vous autorisant à faire selon votre coeur et votre intuition.


Créer en période de deuil aide à se réconcilier avec son vécu, avec ses émotions, avec ses sensations, avec soi.

Sans avoir besoin de mots, le Mandala exprime, renoue, recentre, apaise, transforme. Le Mandala en cela devient vivant et transformateur à l'intérieur de soi.

Inscription à l'atelier


10 vues

©2020 par Caroline de la Garanderie