• Caroline de la Garanderie

"Les creux de vagues sont si difficiles. Surtout en cette période de fête de Noël."

Dernière mise à jour : 31 déc. 2020




Vous pouvez réfléchir/répondre tout d’abord à cette série de questions introspectives.

  • Quel est le sens, la signification, la valeur que vous donnez à cette fête ?

  • Le deuil que vous traversez modifie-t-il ce sens, cette signification, cette valeur ?

  • En quoi le deuil que vous traversez modifie-t-il ce sens, cette signification, cette valeur ?

...

  • Concrètement, comment voulez-vous que ce soit aujourd’hui pour que ce soit AU MIEUX pour vous ?

  • Concrètement, comment est-ce possible de transformer ce sens, cette signification, cette valeur afin que cela corresponde à ce que vous voulez que ce soit aujourd’hui ?

Il n’existe pas de recette miracle, cependant :


1- Pensez à vous en priorité :

  • Gardez du temps pour vous

  • Ecoutez vos émotions.

  • Reposez-vous.

  • Faites des choses simples qui vous font vous sentir bien.

  • Malgré la douleur de l’absence, acceptez les instants de plaisir et de ressentir des moments de bonheur (imaginez à quel point votre défunt est/serait soulagé de vous voir sourire).


2- Avant les fêtes :

  • Annoncez clairement ce qui est envisageable ou non pour vous.

  • Organisez la logistique des fêtes si cela vous est BON pour vous.

  • Ré-organisez les rituels si besoin est.

  • Si tout cela est trop pénible pour vous, invitez une personne compréhensive à gérer tout ou partie de la logistique (y compris l’achat des cadeaux).


3- En société :

  • Les personnes avec qui vous vivez ces instants de fêtes n’espèrent certainement pas (toutes) que vous portiez un masque. Aussi identifiez les personnes bienveillantes avec lesquelles partager vos émotions (à ce sujet, le fait de partager ses émotions, tristes ou gaies, accorde à l’entourage l’autorisation d’en faire de même).

  • Créez de nouveaux rituels ou aménagez d’une nouvelle manière les anciens rituels.

  • Rendez hommage au disparu : parlez du défunt, regardez des photos, des films, échangez des souvenirs, rédigez des petits mots, accueillez les dessins des enfants, etc.


4- Si vous êtes seul, ne restez pas esseulé :

  • Rejoignez une association d’endeuillés.

  • Participez à une action collective de bienfaisance : Restos du coeur, Croix Rouge (vous pouvez vous renseigner auprès de la mairie ou de la paroisse), invitez ou visitez des personnes en situation de vulnérabilité. Cela fait du bien de se mettre au service des autres.


5- Et si vous préférez changer d’air :

  • Optez pour un endroit que vous aimez et dans lequel vous vous sentez bien.

  • Ou bien au contraire, explorez un espace totalement inconnu.

  • Rendez visite à des amis.

  • Vous pouvez vous évader en solo ou en bonne compagnie.


La première année est celle où vous vivez chacun de ces rituels sociétaux seul-e. De ce fait, elle est la plus difficile. Avec le temps, de nouveaux rituels se mettront en place et la douleur cédera la place à la nostalgie.




12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout